04mai 2020

Linux

Tout le monde a un jour ou l'autre entendu parler de Linux. Et vous voilà piqué au vif par la curiosité, parvenu sur cet article. Suivez le guide.

D'abord c'est quoi Linux ?

Linux est un logiciel d'exploitation machine. Comme Windows, sauf que ce n'est pas Windows.

À quoi ça ressemble ?

Ça ressemble d'abord au bureau choisi; par exemple ci-dessous le bureau KDE. Comme Windows donc, sauf que sous le capot ce n'est pas Windows. KDEPlasma-024.jpg, mai 2020

Et nous on y a droit ?

Oui si vous êtes sage :)

Intro

Généralement les PC s’acquièrent avec Windows dessus pour pouvoir être utilisés tout de suite. Tout le monde le sait les consommateurs sont pressés, ce n'est pas une réalité c'est ce qui est voulu. On ne va pas leur expliquer comment le faire on va le leur faire et leur vendre, leur entretenir (voire leur mettre en panne !), ils payent, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes capitalistes. Windows est un des logiciels d'exploitation machines propriétaires. Celui-ci s'est commercialement positionné pour être installé sur les PC vendus dans le commerce, basique logique stratégique commerciale, ne nous attardons pas. Cependant il peut arriver par exemple que le disque dur d'une machine rende l'âme. Il faut alors le remplacer et réinstaller un système d'exploitation. Les marchands font cela très bien contre un billet, sinon n'importe qui peut tout à fait le faire, que ce soit installer Windows ou Linux la procédure est la même. D'ailleurs cet article aurait presque pu s’appeler "Installer un système d'exploitation" !

Les manipulations préliminaires

Savoir entrer dans le Bios de la machine

Le Bios est la vraie mémoire en dur d'un PC. C'est ici que la machine va chercher les premières instructions pour lancer, sur un volume de stockage de données déterminé, un système d'exploitation susceptible de donner un sens à la machine; faire qu'elle ne reste pas qu'un vulgaire tas de ferraille et de composants sans intérêt. Linux ou pas Linux tout le monde devrait savoir entrer dans le Bios de sa machine !

Comment y parvenir ?

On fait cela en pressant une touche dédiée dans les tous premiers instants du lancement d'une machine. Reste à savoir laquelle. Elle est généralement indiquée sur le très court tout premier écran de lancement. Cet écran existe obligatoirement, mais il ne dure vraiment qu'un bref instant (et puis le bios donne la main au disque dur et c'est le lancement de Windows et c'est trop tard). C'est pourtant là qu'il faut parvenir à lire la touche à presser pour entrer dans le "Setup" du Bios. Un appareil photo est généalement d'une aide précieuse pour le capturer. Exemple d’un de ces écrans de mise en route de la machine:

ecran_demarage.png, mai 2020

Cet écran est impératif. En son absence totale (soyez-en d'abord certain !) une recherche sur Internet s'impose alors afin de vous faire révéler le moyen de parvenir aux fonctions qui vous appartiennent ! Accéder au bios de sa machine est un droit !

Il n'y a vraiment que durant le bref instant de cet écran qu’il est possible d’appuyer sur cette fameuse touche afin de pouvoir accéder au bios. Comme c'est très rapide il faut ruser; généralement le moyen est le suivant: Machine complètement arrêtée, le doigt d’une main sur le bouton de mise sous tension, le doigt de l'autre main sur la fameuse touche. Lancer la machine et immédiatement tapoter sur la fameuse touche de l'autre. Si cette manœuvre est correctement réalisée un "Bip" peut se faire entendre, en tout cas l’écran change. On peut alors arrêter de tapoter, car voici qu’apparaît à présent sous vos yeux autant ébahis que subjugués, la magnifique page du Bios ! Tiens il y avait ça dans la machine ?? :)

Tous les Bios sont différents, et on peut presque considérer que chaque machine a le sien. En voici un parmi tant d'autres:

bios.png, mai 2020

Tous les bios sont différents, mais tous ont toutefois plusieurs choses en commun:

  • Il n’y a pas de souris: on y navigue au clavier,
  • Les catégories d’option sont dans des onglet en haut de page. On choisis avec les flèches latérales du pavé à flèches, on sélectionne avec la touche "Entrée", on revient en arrière avec la touche "Échap",
  • Il y a généralement dans l'écran une aide qui indique quelles touches peuvent être utilisées et à quel usage. Sur l’image l’aide est dans la colonne de droite. Dans d’autres bios elles peut se situer par exemple en bas,
  • Il y a toujours quelque part une option qui permet de réinitialiser le bios comme à l’origine pour en cas de bêtises,
  • On quitte le Bios avec la touche "F10" qui propose d’enregistrer (saves) ou pas (discard) les modifications.

Le but d'entrer dans le bios ici est d'aller voir quelle sont les possibilités de lancer la machine sur autre chose que le volume de stockage principal.

La première des choses à faire est de rechercher une option de boot rapide via pop-up. Souvent cette option est assignée à la touche "F12" qui, si elle est pressée dans les mêmes conditions que pour accéder au bios, fournit une fenêtre sommaire qui permet de choisir un media sur lequel booter la machine. Lorsque cette option existe, elle permet de lancer provisoirement une machine sur autre chose que le disque dur principal sans avoir à modifier le Bios, ce qui est tout de même rudement pratique. Il faut juste vérifier que cette option soit bien activée (Enabled) et il sera alors possible de l'utiliser.

Si cette option n'est pas présente alors il faudra s'aventurer dans les options qui intéressent le démarrage, sous l'onglet "démarrage" sur la photo, "Boot" si le bios est en anglais, examiner la liste des possibilités, et repérer comment en changer. Si "USB" est présent alors il sera possible de booter sur une clef USB. Dans certains cas il est nécessaire de brancher une clef USB avant le lancement de la machine, provoquer une détection des volumes afin de pouvoir voir la clef s'afficher, et enfin commuter le volume principal pour y parvenir. S'il n'est pas possible de booter sur USB alors il faudra le faire sur un DVD. Linux fonctionnera parfaitement, mais il sera alors lent tant qu’il ne sera pas installé.

Ayè les repérages sont faits ? :)

Une autre option est encore à rechercher:

  • elle s'appelle "Sécure boot". Juste la repérer car elle empêche parfois les machines de booter sur autre chose que Windows. Ainsi, si la machine refuse obstinément de booter sur Linux, passer cette option de "UEFI" à "Legacy" pourra aider; mais d'une façon générale la plupart des distributions Linux savent aujourd'hui se lancer malgré cette option.

Ayè elle a été aperçue ? :)

Il est à présent envisageable d'essayer Linux.

Les versions de Linux à installer pour des débutants par ordre (liste subjective)

Dans le monde Linux composé de familles, je conseille personnellement de débuter, de par ses épaisses documentations et l'importance de ses communautés susceptibles de vous aider, dans la famille debian; et plus précisément l'une de ses distribution-filles accessible au grand public j'ai nommé Linux Mint ou Ubuntu, avec le bureau de votre choix. Comprendre ce qu'est un bureau: un bureau est l'ensemble des logiciels - fond d'écran, barre des tâches, menus... - qui réalise une interface conviviale permettant de travailler facilement avec l'ordinateur. Pour choisir un bureau une petite recherche sur Internet ne sera sans doute pas de trop. Savoir, mais je pense que cela est bien logique pour tout le monde, que les bureaux agréables et complets sont les plus lourds, et les plus légers les plus dépouillés et sommaires mais les plus rapides. Linux Mint offre le choix entre trois bureaux sur la page de téléchargement, alors qu'Ubuntu vient avec le bureau Gnome, et si l'on en veut un autre il faut aller le télécharger dans sa sous distribution: Xubuntu, Kubuntu, Lubuntu. Linux Mint privilégie la stabilité, la facilité et l'assistance, Ubuntu la modernité.

Si votre machine est récente:
  • Linux Mint Cinnamon. Très bien pour s'assurer une transition douce sous Linux ! Un peu trop à mon gout m'enfin chuis un vilain :)
  • Xubuntu ou Linux Mint Xfce à égalité. Le bureau Xfce, léger, complet, sans fioritures, est une valeur sûre pour débuter,
  • Mint Mate ou Ubuntu Mate. Le bureau Mate est léger, réactif et intuitif. Très "normal".
  • Kubuntu. Le bureau KDE est un peu à part: futuriste, agréable, original, avec plein d'astuces sympa; même pas très lourd. À réserver aux audacieux adeptes de la nouveauté.
Si votre machine est puissante:
  • Ubuntu par défaut, le bureau Gnome. Il réclame plus de ressources pour fonctionner, mais il s'agit d'un bureau moderne et agréable, pratique, fluide, complet. Pour les chefs !
Si votre machine n'est plus très jeune:
  • Lubuntu. Le bureau LXDE est léger. Sur des machines de moins de 4 Go qui feraient ou font péniblement tourner Windows 10 Lubuntu est à l'aise, ce qui réserve les ressources pour les applications.
Si votre machine n'est vraiment plus très jeune, ou pour en faire une fusée, mon coup de cœur perso du moment:
  • Q4. Je suis perso épaté par cette petite distro vive et agréable, qui arrive avec le bureau Trinity (un dérivé léger de KDE) mais qui intègre, dans la distribution, un choix de plusieurs bureaux à installer, faire cohabiter, et utiliser en fonction de ses humeurs. Et je conseille personnellement vivement le bureau LxQt avec le gestionnaire de fenêtres OpenBox pour tracer à la vitesse de la lumière :)
Si votre machine est un dinosaure:
  • Toutou Linux. Ce minuscule Système d'exploitation très particulier et carrément bardé d'outils est capable de faire tourner quasiment n'importe quelle machine, de lui fournir un bureau digne de ce nom, de fournir une assistance impeccable et en français. Si vous voulez vous amuser à ressusciter vos vieilles machines au fin-fond de votre placard, Toutou Linux est exactement le systeme d'exploitaion qu'il vous faut !

Graver linux

  • Acquérir neuf un média sur lequel le Bios autorise de booter: Clef USB de plus de 4 Go si le bios est compatible, DVD, de préférence RW - réinscriptible (rewritable), dans le cas contraire.
  • Télécharger le Linux souhaité,
  • Graver un DVD avec l'outil de Windows: clic-droit sur le fichier .iso -> Graver l'image disque. Graver une clef avec un utilitaire comme ISO TO USB.

Essayer Linux

  • Lorsque la gravure est terminée, laisser le media sur son support et redémarrer la machine,
  • Au redémarrage accéder de suite, soit au pop-up de démarrage ponctuel (généralement F12) si l'option existe, soit au bios, et autoriser la machine à booter sur le média,
  • "F10" -> "Save changes and exit" -> "yes" -> "Entrée" dans le bios, juste "Entrée" dans le pop-up de F12,
  • Si tout est correct la machine boot alors sur le média gravé et Linux démarre,
  • Choisir "Essayer" si présent. En 2020 la quasi totalité des distributions proposent d'essayer en live session, mais toutes ne proposent pas une installation directe sans essai. De toutes façons nous voulons juste essayer pour l'instant.
  • Choisir "Français" si présent. Il se peut qu'il n'y ait pas le choix de la langue, et dans ce cas il y a de fortes chances que ce soit l'anglais par défaut mais c'est devenu rare,
  • Choisir le clavier si présent. S'il n'y a pas le choix le clavier sera en qwerty. Cela est devenu rare aussi.
  • Valider. Linux démarre en live session; c'est à dire uniquement en ram, sans rien écrire sur le disque dur,
  • S'il n'a pas été proposé le choix de la langue et du clavier, chercher les paramètres, chercher les langues (les "locales"), installer le français, le placer en haut de la liste, et appliquer (Apply). Aller ensuite dans les paramètres du clavier (Keyboard) la disposition (Layout), installer le français, le positionner en haut de la liste, appliquer et valider.
  • Naviguer. Vérifier la connexion Internet, le son, la prise en charge des périphériques... Il est possible d'installer Linux sur le disque dur dès de moment (d'ailleurs vous avez très bien aperçu l'icône sur le bureau), mais si Windows est présent, qu'il est à conserver, et qu'il n'est pas encore prêt, alors il faut le préparer. Dans ce cas, et si tel est votre désir, arrêter Linux lorsque l'envie vous en prendra, retirer le media, et redémarrer normalement la machine sur Windows en changeant l'ordre de boot dans le bios si nécessaire. Sommes-nous peu de choses...

Préparer Windows

Ayè vous avez décidé d'installer Linux. Il était temps :)

On peut choisir de conserver Windows; qui n'est finalement pas un si mauvais OS que ça. S'il est conservé, grub, qui vient avec Linux, sera installé en début de disque afin de donner le choix - Linux ou Windows - au démarrage, mais il est indispensable de préparer Windows afin de ne pas trop le secouer, voire de le fracasser, voire même de détruire des documents !

Préparer Windows:
  • Explorateur de fichier -> Ordinateur -> clic-droit sur le disque principal (en général C:) -> propriétés. Il faut compter une trentaine de Gigas au minimum de libres pour linux, + une marge de gigotage pour Windows d'au moins 10% du disque minimum et qu'il se conservera de toute façon lorsque l'on réduira sa partition. En clair, s'il n'y a pas au moins 100 Go de libres sur un disque de 500 Go il va falloir faire de la place.
  • Utiliser un logiciel pour nettoyer Windows: vider les dossiers de fichiers temporaires, fragments de ceci ou de cela, rapports obsolètes...
  • Sauvegarder les documents sur un support externe: Les documents de bureau, les photos, la musique, les vidéos... D'abord parce que l'on va toucher au disque dur en installant Linux et qu'il y a toujours un risque, ensuite parce que ça devrait déjà être fait !! S'il y a besoin de faire de la place pour Linux c'est le moment. Il est également possible de mettre les films et la musique sauvegardés à la corbeille, puis de les rapporter ensuite, une fois l’installation de Linux éffectuée.
  • Vider la corbeille,
  • De nouveau: Explorateur de fichier -> Ordinateur -> clic-droit sur le disque principal -> outils. Défragmenter le disque C: Patienter. Ne pas utiliser l'ordinateur durant la défragmentation.
  • Ensuite: Panneau de configuration -> Outils d'administration -> Gestion de l'ordinateur -> gestion des disques -> stockage. Clic-droit sur la partition principale -> réduire la partition. Laisser Windows calculer et examiner: comme dit plus haut il faut compter un minimum de 30 Go pour Linux sinon il ne sera rien possible de faire, donc plus c'est évidement mieux ! Si c'est bon valider, laisser travailler, lorsque c'est terminé fermer la fenêtre.
  • S'il s'agit de Windows 10 il faut s'assurer que Windows s'arrête complètement plutôt que de se mettre en veille prolongée comme il le fait par défaut (et sans rien dire). Pour cela cliquer en bas à droite sur le menu démarrer -> Paramètres (la roue dentée) -> Système -> Alimentation et mise en veille -> Paramètres associés -> Paramètres d'alimentation supplémentaires -> Choisir l'action des boutons d'alimentation -> Modifier des paramètres actuellement non disponibles -> décocher "Activer le démarrage rapide". Cliquer enfin sur "Enregistrer les modifications" et fermer la fenêtre (non pas la vraie: la fenêtre à l'écran de l'ordinateur !)
  • Si Windows n'est pas conservé sauvegarder tous les documents sur un support externe.

Linux peut maintenant être installé.

Installation de Linux

  • Se choisir un identifiant simple et se forger un mot de passe machine un peu solide et facile à entrer (caractères spéciaux admis),
  • Si cela n'est déjà fait booter la machine sur le media qui porte Linux. il est possible à ce moment-là de cliquer sur "installer" si la distribution le propose, ou bien démarrer la session en live et cliquer sur l’icône d'installation,
  • Choisir la langue et le clavier. Attention ! Si le choix du clavier n’est pas proposé alors le clavier est en qwerty ! Dans ce cas il faudra plus loin fournir un mot de passe simple, genre trois lettres commun aux deux claviers, faute de quoi il ne sera pas possible de se loguer dans la session une fois la distribution installée ! Une fois logué, une petite recherche d’image sur un clavier qwerty permettra de se tirer d’affaire pour paramétrer . Et une fois le clavier correctement paramétré, il faudra songer à changer le mot de passe pour le plus solide mot de passe prévu initialement.
  • Les distributions grand public de type Ubuntu ou Linux Mint examinent le partitionnement disque et proposent une liste de choix en fonction de ce qu'ils y trouvent: installer à côté du ou des autres systèmes d'exploitations présents sur le disque, utiliser le disque entier, ou autre chose. Pour conserver Windows il faut choisir d'installer Linux à côté, pour dégager Windows (déconseillé) il faut choisir d'utiliser le disque entier, et si aucune de ces deux solutions ne convient il faut alors choisir "Autre chose". Dans ce cas c'est l'outil de partitionnement à la mano, voici tout de même à quoi une nouvelle installation tente de parvenir:

gparted.jpg, mai 2020


  • Une fois le choix fait et validé l'installation se lance,
  • Choisir le fuseau horaire,
  • Entrer l'identifiant qui sera utilisé comme nom de session du premier utilisateur de la machine lorsque cela est demandé. Éventuellement modifier le nom de la machine, entrer le mot de passe et le répéter. Choisir d'ouvrir la session sans avoir à entrer le mot de passe si désiré (déconseillé), et valider,
  • Lire les notes pendant que l'installation se poursuit,
  • Procrastiner pendant que l'installation s'avance. Si l'installation à été lancée depuis la session en live il est tout à fait possible d’essayer par exemple les logiciels présents dans le distribution, ou même carrément d'aller sur Internet !
  • Lorsque la machine a terminé elle demande à redémarrer. Il est tout à fait possible de terminer les tâches en cours, ou même de continuer à essayer, mais le mieux est alors très certainement de s'exécuter afin de profiter de la nouvelle installation :)
  • La plupart des distributions interrompent l'arrêt en cours afin de proposer de retirer le media d'installation, puis d'appuyer sur la touche "Entrée" afin d’achever l’arrêt proprement. C'est pas mal de faire ça.

Et après ?

Si tout s'est bien passé Grub se lance.

grub.jpg, mai 2020

Si Windows a été conservé et a bien été vu alors il dispose de son entrée accessible avec la flèche basse du pavé à flèches, puis "Entrée". Normalement Linux s'est mis en tête de liste en entrée par défaut. Si rien n'est fait alors il se lancera, mais il est également possible d'appuyer sur "Entrée" pour accélérer le mouvement. Si pendant l'installation l'option "Accéder à ma session sans mot de passe" n'a pas été choisie, alors il faudra le rentrer à l'écran suivant et appuyer sur "Entrée". Et si tout est bon alors le bureau apparaît au bout de quelques instants. Il ne reste à présent plus qu'à explorer tout cela et paramétrer aux p’tits oignons :)

D’autres choses à savoir sur Linux: les rudiments

Dépanner avec Linux

Celles et ceux qui sont parvenus jusqu’ici savent à présent faire au moins une chose: lancer une machine sur autre chose que le système d’exploitation principal. Ceci peut avoir de l'intérêt.

Imaginez par exemple que votre petit frère ou votre petite sœur ait planté Windows. Mais ce peut aussi bien être vous qui avez fait une bêtise en admin sur votre propre Linux. Maintenant la machine reste bloquée sur un écran à la gomme. Et bien vous savez à présent la redémarrer sur un système d’exploitation propre, accéder au disque dur, sauvegarder les documents qui s’y trouvent sur un support externe. Au moins ! Vous pourriez même dans certains cas réparer (ou finir de fracasser) Windows depuis Linux ! Mais laissons plutôt cela aux passionnés.

Les utilisateurs sous Linux

Si vous avez installé Linux il y a à présent deux utilisateurs sur votre machine: vous, et root. Vous, êtes un simple mortel, root est Dieu lui-même sur la machine. Vous pouvez faire tout ce que vous faisiez avant sous Windows (éditer des documents, écouter de la musique, aller sur Internet...) en tant que simple utilisateur, mais lorsque vous voudrez faire des opérations d’administration comme par exemple installer des programmes, alors il vous faudra devenir root avec la commande "sudo" et votre mot de passe. Vous pourrez aussi - en root - créer d’autres utilisateurs qui auront leurs propres sessions, préférences, et documents sur la machine, pourront aussi éditer des fichiers, aller sur Internet, faire tout ce que vous faites, sauf devenir root, et sans que cela n’interfère en quoi que ce soit avec votre session personnelle. En leur créant une session vous éviterez de leur donner votre mot de passe, le seul - tant que vous le déciderez - qui permet de devenir root sur la machine, évitant ainsi de casser le système ou d’installer n’importe quelle cochonnerie. Linux est parfaitement multi-utilisateurs ! Lorsqu’un programme est installé il est disponible pour tout le monde, mais chacun ses préférences. Il n’est normalement pas trop possible d’aller trifouiller dans les documents des autres utilisateurs car il existe sous Linux des droits aux fichiers en lecture, écriture, exécution, pour les utilisateurs, groupes d’utilisateurs, et root. C’est root normalement qui gère tout cela, mais je ne vais pas vous enquiquiner avec ça tout de suite. Sachez toutefois que si vos documents dans votre dossier personnel sont visibles par d’autres utilisateurs sur la machine depuis leur session, ceci peut facilement être corrigé en leur retirant les droits de lecture sur votre dossier personnel.

Ne perdez pas de vue que vous n’êtes qu’un simple utilisateur. Capable de devenir root - certes ! - mais la plupart de votre temps sur la machine vous le passerez en simple utilisateur. D’ailleurs il n’est pas forcément possible de tout faire en root (même si en réalité ça le reste):

console3.png, mai 2020

Même si root est (encore) capable de démarrer des applications, root travaille surtout en console. Oui ce vilain truc tout noir où il faut entrer les commandes à la main mais qui est pourtant si pratique !

Les Antivirus

Alors je vais être cash: inutile de psychoter comme des cabris à tressauter sur votre chaise de bureau en hurlant aux méchants vilains pas beaux virus: Linux n’a pas besoin d’antivirus ! Les malwares sous Linux, bien que non-inexistants, sont rares. Et ceux pour Windows y sont innofensifs, Linux ne les voit même pas ! Sautez donc plutôt de joie car faire tourner ces grosses usines à gaz qui puent qui fument et qui polluent va rendre votre machine véloce et oxygénée et emplir votre cœur d'une allégresse non dissimulée ! La séparation des utilisateurs fait que, même si vous deviez contacter un malware, tant que celui-ci n’est pas capable de devenir root il ne peut pas vraiment faire de dégâts. Pas comme sous Windows où l’utilisateur souvent unique est l'administrateur (Bah quowa c’est ma machine, non ?), fait tout en admin, même aller sur Internet y chopper directement les crobes qui se rentrent alors profondément dans le système !

Vous pensez néanmoins que, si vous partagez des documents avec des amis restés sous Windows, il pourrait éventuellement être prudent d’en installer un afin de ne pas leur refiler un virus niché dans un fichier que vous auriez pris sur Internet, que vous voudriez leur transmettre, mais sans le virus qu'éventuellement Linux n'aurait pas détecté ? Ne niez pas je vous ai vu !

Oui mais oui mais non en fait: pas du tout ! Vous pouvez parfaitement vous en contrefoutre comme de votre première chemise. Les antivirus sous Linux ne tournent pas h24 sur les machines, à détailler (et rapporter ?) chaque comportement de la machine d'abord, à la recherche de la moindre activité suspecte, à comparer chaque signature avec le contenu entier d’une looouuuurde base de donnée, l'utilisateur ensuite, à pomper tant que faire se peut les ressources des machines, à utiliser un max de bande passante à sa guise, surtout au démarrage machine à froid d’ailleurs, mais n’importe quand en fait. Les antivirus sous Linux sont à traction animale: vous devrez mettre à jour sa base de données manuellement, vous devrez le déclencher sur chaque fichier que vous voudrez contrôler. À la fin vous finirez par l’oublier. Oublier même que vous en avez un !

Sous Linux on se contrefiche royalement des virus créés pour les utilisateurs du système d'exploitation du grand Big Bill. Ils en ont, eux, des antivirus; et des costauds ! Qu’ils les utilisent puisqu'ils en sont si fiers ! On a déjà bien assez à faire avec la compatibilité des documents que l’on est obligés d'éditer sous de vieux formats pourris avant de leur transmettre sinon ils ne peuvent pas les lire et c'est la faute à Linux, alors qu'en réalité ils ne font pas les mises à jours payantes, pendant que nous utilisons, nous linuxiens, les logiciels dernier cri, et ceci gratuitement !

Franchement ne vous enquiquinez pas avec un antivirus ! Ou alors, si vous êtes vraiment un fanatique de ces technologies, mettez-en carrément plusieurs (s'ils existent) car ils ne sont certainement pas incompatibles entre eux.

Installer des programmes

Inutile de parcourir le grand ‘ternet dans tous les sens: sous Linux les programmes sont regroupés dans les dépôts de votre distribution à la manière d'un magasin d'application comme le Play-store d'Android ou l'Apple-store de chez la pomme. Quoi que vous aillez à faire il y a très certainement un programme qui le fait et le fait bien. Cherchez son nom et installez-le directement avec les outils fournis par votre distribution. C’est aussi simple que cela !

Et pour le reste ?

Tout pareil ! :)

Amusez-vous bien ;)

aucun commentaire

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.